ARI

Villa Flore – On expérimente encore !

La Villa Flore : Une institution en mouvement

Créé en 1964, la Villa Flore a transformé régulièrement son offre de service afin de répondre à l’évolution des besoins des personnes accompagnées. Le passage en Dispositif ITEP et l’appropriation des principes de rétablissement en santé mentale sont les derniers en date.

Concernant le rétablissement en santé mentale, l’offre de service s’étoffe d’une approche qui privilégie une place d’acteur pour les personnes accompagnées. Cette philosophie vient consolider nos accompagnements vers toutes les formes d’inclusion (sociale, professionnelle…) et donner les moyens aux jeunes d’accéder, malgré leurs troubles, à une autonomie leur permettant de vivre avec les mêmes droits que n’importe quel citoyen.

Cette dimension de rétablissement en santé mentale au sein de notre collectif est spécifique, dans la mesure où elle se décline sur un versant préventif. L’objectif est d’éviter l’évolution de ces troubles psychiques vers des formes de maladies psychiatriques sévères, mais également de prévenir de toute forme d’exclusion (pour des jeunes qui peuvent notamment se retrouver à la rue).

Le chemin parcouru

Début 2018, une salariée de la Villa Flore effectue un remplacement à ASAIS. De retour parmi nous, le récit qu’elle nous fait de son expérience pose les jalons d’une réflexion collective autour de la notion de rétablissement en santé mentale.

Au premier semestre 2018, deux salariés bénéficient d’une formation intra-associative sur le rétablissement, et de manière quasi concomitante, l’ensemble de l’équipe éducative participe à une formation dispensée par « Working First 13 », basée sur les principes de rétablissement, pour accompagner les personnes vers et dans l’emploi. Le rétablissement à la Villa Flore est ainsi « en marche » (sans interprétation politique bien entendu !).

De manière institutionnelle, une formation collective sur le rétablissement, pour tous les salariés de la Villa Flore, a lieu en décembre 2018. Deux journées fondatrices de l’élan qui sera le nôtre en 2019 pour nous engager dans cette démarche et dans notre nouvelle organisation. Certains esprits chambreurs véhiculent encore la rumeur que le côté agréable et rassembleur de cette formation n’était dû en réalité qu’à la perspective de départ en congés pour les vacances de fin d’année !

2019, enfin, avec une démarche intégrative basée sur plusieurs stages en immersion d’une grande majorité de l’équipe de la Villa Flore au sein de l’équipe d’ASAIS, dont l’expérience en matière de rétablissement nous a permis de passer le cap de la réflexion.

Une histoire à écrire

Nous voilà donc arrivés au mois de septembre 2019, avec nos tableaux, nos binômes, notre multiréférence, nos plans de rétablissement, nos convictions, mais aussi nos nombreuses incertitudes.

On expérimente encore… ça commence à bien faire !

On se tend, on est frustrés, on râle, on fait la gueule… bon, en même temps, tout cela fait partie des gènes de la Villa Flore, rétablissement ou pas rétablissement, d’ailleurs !

L’appropriation de ces nouveaux principes et l’organisation institutionnelle qui va avec ne sont pas encore consolidés.

Néanmoins, la différence se fait ressentir dans notre positionnement professionnel collectif, ce regard posé sur les jeunes que nous accompagnons, toujours bienveillant, mais résolument tourné vers leurs aspirations, souhaits ou rêves.

Des accompagnements « en rétablissement » consolident nos accompagnements en DITEP, en faveur, autant que faire se peut, de toutes les formes d’inclusion.

Comme tout changement dans une organisation collective de travail, cette appropriation de nouveaux principes qui viennent étoffer la longue histoire de l’institution Villa Flore en matière de changement, demande encore du temps.

Suite au prochain épisode Villa Florien !