ARI

Articles

Le mot du Président de l’Ari


Être citoyen !
Avec des droits et des responsabilités, et la reconnaissance pleine et entière d’une appartenance à une collectivité solidaire.

Devenir citoyen : tout un chemin à parcourir…

« Promouvoir la citoyenneté… et aider toutes les personnes accompagnées à acquérir ou à préserver leur autonomie et à s’inscrire, à leur manière, dans la collectivité… »

L’ARI a ainsi formulé dans ses statuts le sens de ses missions et de son engagement, une ambition mise en œuvre auprès de toutes les personnes avec handicap psychique qu’elle accompagne.

Le handicap, la souffrance psychique et sociale, avec leurs aspects de vulnérabilité et de possible chronicité, fragilisent toute la vie de relation, limitent les possibilités d’interaction avec l’environnement, et sont des éléments déterminants de la désocialisation, du décrochage, de l’abandon, de la rupture…

L’ARI accueille chacun dans sa singularité, avec son propre rythme, sa temporalité et ses modalités d’expression de ses difficultés. Il va s’agir de proposer des outils créant des environnements propices au rétablissement et à la responsabilisation, et permettant l’inclusion dans la vie sociale avec un accès à la santé, l’éducation, l’école, le travail, le logement, la culture, etc.

Trouver sa place dans la société, être acteur de sa propre vie, s’approprier son histoire, apprendre ou réapprendre à vivre avec son handicap (et/ou sa maladie), développer des capacités de confiance en soi, d’estime de soi et d’empathie sont les finalités d’un accompagnement.

Mais c’est aussi aider chacun à être l’acteur de son propre changement sans succomber à l’illusion que chaque personne est un être abandonné à lui-même, qui doit régler seul sa vie.

L’articulation entre autonomie et protection est un exercice d’équilibre où s’ajustent en permanence professionnels et personnes « protégées », pour créer un cadre suffisamment sécure à l’intérieur duquel la personne reprend ses droits, conserve son originalité et son intégrité psychique.

Il faut rappeler avec force la nécessité du respect de chacun, de la confidentialité de ses propos et de l’intimité de son être au monde.

L’ARI promeut un indispensable décloisonnement institutionnel, avec une responsabilité partagée, dans une complémentarité déontologique et éthique.

L’ARI s’engage dans l’exploration des nouveaux modes d’instituer du social, dans la société des individus, ainsi que dans une dynamique participative au débat public pour aller dans le sens d’une co-construction entre réseaux associatifs et pouvoirs publics.

Docteur François BRIDIER,
Président de l’Ari

Etablissements