ARI

Synthèse du Rapport d’activité 2016 de L’Espace Rencontres

Synthèse co-écrite par les membres de l’Espace Rencontres.

Dans le prolongement de la matinée-débat du 6 juin 2015 qui connut un réel succès auprès du public présent, cette année 2016 fut dense pour l’Espace Rencontres en termes de partenariats, de manifestations… et de logistique, puisqu’il a totalisé une vingtaine de réunions.

Notre groupe a poursuivi son chemin, franchissant de nouvelles étapes et faisant entendre plus fort et plus largement le quotidien des parents d’enfants en situation de handicap psychique, leurs doutes, leurs espoirs, les difficultés rencontrées et les besoins repérables.

Si l’Espace Rencontres a souvent été décrit comme un lieu ressource, il s’inscrit également dans un processus d’empowerment (pouvoir d’agir). L’engagement et l’implication des parents, pleinement acteurs, et des bénévoles s’avèrent particulièrement riches sur un plan humain et stimulants d’un point de vue associatif ; notre seul regret est de ne pas pouvoir fidéliser davantage les parents qui ont participé ponctuellement à nos rencontres mensuelles.

La projection du film réalisé à partir des saynètes jouées par les comédiens lors de la matinée-débat a été notre fil rouge tout au long de cette année, l’objectif étant de faire bouger les lignes, de faciliter l’inclusion et l’intégration des enfants dans leur environnement, d’encourager et/ou de renforcer la coéducation parents/professionnels.

Ce court-métrage, visible sur le site de l’ARI, a représenté le support idéal pour engager les débats lors des interventions suivantes :

  • En avril, à l’école Camille MAUMEY de CENON :

Cette rencontre a réuni une trentaine de personnes (parents, animateurs, enseignants, professionnels et bénévoles de l’ARI). Les échanges y furent riches, animés par les parents de l’Espace Rencontres qui ont apporté leurs témoignages, souvent émouvants.

  • En mai, à l’école Jules GUESDE de CENON, lors du « Café des parents » organisé par cette école :

L’intervention, qui réunissait une douzaine de personnes, a permis à la mère d’un élève d’évoquer pour la première fois les troubles psychiques de son fils, et pour d’autres parents de porter un regard différent sur le handicap, en s’identifiant à ceux qui s’y confrontent.

  • En juin, à l’école Léon BLUM de CENON :

Cette soirée-débat, regroupant une dizaine de personnes, nous a permis d’accueillir deux mères dont les enfants sont en situation de handicap psychique. L’une d’entre elles a créé l’association « Familles extraordinaires » à Talence dont les visées sont très proches des nôtres. Nous partageons régulièrement informations et propositions d’activités, dans une entraide partenariale informelle mais active.

L’ARI, via l’hôpital de jour L’Oiseau-Lyre, a ainsi mis à disposition de cette association une salle pour la réalisation d’un atelier massage/réflexologie parents/enfants, le samedi après-midi 26 novembre. Des membres de « Familles extraordinaires » se sont joints à nous lors des rencontres-débats que nous avons proposées.

  • En octobre, dans les locaux du CMCAS (Comité d’entreprise de l’EDF) lors d’une matinée-débat suivie d’un buffet déjeunatoire offert par cet organisme :

Comme nous l’écrivions dans le précédent rapport d’activité, nous avons été sollicités par le CMCAS désireux de co-construire avec l’Espace rencontres une nouvelle matinée-débat. Elle a réuni une soixantaine de personnes et plusieurs associations (ASAB, association de sports adaptés sur Pessac, Familles extraordinaires et ARI), le CMCAS mettant à disposition ses locaux et des animateurs pour encadrer les activités proposées aux enfants et adultes en situation de handicap psychique, afin que leurs familles puissent participer pleinement à cette journée animée par Jacques BERTON, secrétaire de l’ARI. Là encore, les échanges, parfois empreints d’émotion, ont été riches et constructifs. Ils permettent de mesurer combien ces parents, à qui certains professionnels reprochent parfois d’en faire trop ou pas assez, témoignent de capacités d’adaptation, voire d’inventivité dans un contexte où le quotidien reste difficile et où l’avenir s’avère incertain compte tenu du peu d’autonomie de ces jeunes. Certains points saillants sont à relever : le manque d’infrastructures–relais pour les familles (lieux d’accueil, familles-relais, lieux d’activités adaptées…) et, quand elles existent, l’impact financier que cela représente, le besoin pour les familles de se retrouver autour d’activités partagées avec leurs enfants, le défaut d’empathie et de communication perçu dans certaines institutions (écoles, garderies, établissements spécialisés,…), les ressources trouvées auprès de ces mêmes institutions mais aussi auprès des autres familles.

Nous remercions chaleureusement parents, administrateurs, salariés bénévoles présents ce jour-là, en regrettant toutefois que les professionnels ne soient pas venus plus nombreux.

A noter que nous avons fait, cette année, l’effort de recourir à des médias pour nous faire connaître et élargir le cercle des personnes invitées à participer à nos débats publics (invitation d’une journaliste lors d’une réunion de l’Espace Rencontres et parution d’un article dans Sud-Ouest le vendredi 4 mars, intervention sur la radio O2 de CENON, le mercredi 12 octobre).

Nous avons voulu clore cette année bien remplie par un temps convivial réunissant familles et amis (grands et petits), partenaires et bénévoles de l’Espace Rencontres. Nous étions donc une vingtaine, lors d’un samedi après-midi du mois de décembre, à nous retrouver autour de jeux en bois (loués à l’AREA de VILLENAVE D’ORNON) puis autour d’un goûter, action financée dans le cadre du REAAP.

Pour solder le reliquat de la subvention qui nous a été allouée, nous venons d’acheter du matériel utilisable par les parents et par les professionnels afin de mieux appréhender les troubles psychiques des enfants présentant des TED ou des TSA.

D’autres projets nous attendent en 2017 :

  • Un travail plus approfondi avec l’IRTS qui permettrait aux parents de l’Espace Rencontres d’échanger avec des travailleurs sociaux en formation, manière de se dégager de représentations, voire de préjugés qui peuvent faire frein dans cette recherche de coéducation que nous soutenons.
  • La création d’un site, d’une application, (la forme reste à trouver) susceptible de répondre aux demandes des familles sur les questions de culture, de sport et de loisir, et utilisable de manière interactive.
  • Notre participation à la journée URIOPSS initialement prévue le 6 décembre et repoussée à 2017 dont la thématique portait sur les relations entre parents d’enfants en situation de handicap psychique et professionnels.
  • L’organisation d’un temps festif en fin d’année, car l’Espace Rencontres est aussi un espace de liens sociaux désireux de rompre le sentiment d’isolement que peuvent éprouver les parents, et de favoriser les échanges entre familles élargies, partenaires, professionnels et bénévoles de l’ARI.

Cela fera bientôt sept ans que nous nous retrouvons une à deux fois par mois et que nous partageons beaucoup. Merci donc aux membres de l’Espace Rencontres !